généralités, kamarel, lingerie

contrefaçons chinoises

MON COUP DE GUEULE SUR LES CONTREFAÇONS

J’ai un problème, je crois bien que je t’aime ! Euh non, je m’égare. J’ai eu un problème oui : celui de recevoir une contrefaçon.

Sans rien demander, je voulais le produit original. De quoi se sentir volée, pester, rager. Surtout au niveau professionnel. Et j’ai perdu de l’argent, le SAV ne m’ayant que partiellement suivi.

Ma mésaventure peut être la votre…. Vous n’avez pas envie de risquer une amende à la douane sans avoir le produit ? Voici mon histoire et quelques conseils. Ça vaut le coup de s’y attarder un peu, non ?

 

 

Ma mésaventure peut être la votre

Pour une cliente, j’avais besoin de ce modèle. Or, le fabricant et fournisseur chinois était en rupture de stock et refabriquait. Et moi, j’étais aussi à court dans cette taille, sinon ce n’est pas drôle. Des fois certains grossistes fournissent sous une marque (Paris of Hollywood) une partie de la gamme de mon fournisseur principal. Pas de bol, le modèle n’y figure pas.

Ni une ni deux, je regarde du côté des revendeurs. La référence sur une célèbre plateforme chinoise et zou je trouve le modèle et la taille.

Je prends en express, j’en ai pour plus cher que l’ensemble. Et oh misère, oh rage, oh désespoir, je tombe sur un ensemble infect qui pue le pétrole. Il est en PVC au lieu de cuir végan. Il brille, il est fin, le tissu est ultra mince et le modèle est plus petit.

On en parle des finitions ? Les élastiques sont cousus à l’arrache et il n’y a eu que peu d’épluchures : dans la chaîne de fabrication avant contrôle qualité (si tout est bien mené), une employée coupe fils et tissu qui sont en trop. Là je dois finir le job.

Les accessoires sont bas de gamme, les anneaux plus petits, les glands plus courts et moins fournis. Et pour les seins, n’en parlons pas. Il faudrait une Jane Birkin pour ranger la paire dedans. Je peste et rage. Encore en fournissant au SAV les preuves en comparant le faux du vrai que j’ai en stock dans d’autres tailles.

Soyons clairs : ce revendeur a copié le modèle chinois, en plus bas de gamme. Il a utilisé la référence, les photos de la marque ! Une véritable contrefaçon au sens vrai de la loi internationale. Mais mon fournisseur n’est pas une marque de luxe et n’a pas la compétence douanière de faire détruire les faux.

 

Quand les chinois copient une marque chinoise

Aliexpress mène depuis quelques années, en vain, une chasse à la contrefaçon car l’occident se sent floué pour son marché de luxe. Mais de toute façon la clientèle qui peut se permettre l’achat d’un produit de luxe ira dans les boutiques de luxe. Acheter en ligne à un prix cassé n’a pas de sens, à part celui de se faire escroquer.

La clientèle qui achète une copie avec reproduction de la marque n’a pas vocation à acheter l’original : elle n’en a tout simplement pas les moyens.

Il existe des marques qui systématiquement seront procédurières et appuient là où ça fait mal. Elles poussent les douanes aux saisies, destructions de la contrefaçon : vuitton, lacoste, disney pour ne citer qu’eux.

Après, il existe une différence avec les produits qui sont inspirés, avec suffisamment d’écarts : tailles, coloris, détails et coupes qui semblent de loin assez similaires. Selon les dépôts de brevets et créations, certains modèles tombent dans un autre domaine et servent pour l’inspiration. Des brevets internationaux valident les autres modèles du même style. Et c’est souvent issu de sites de production…. A délocaliser, on offre la possibilité de copier.

Le monde de la consommation mondiale en est le prix : tirés vers la concurrence et donc vers le bas.

Les trucs et astuces sur les plateformes d’achat

Que ce soit sur la plateforme chinoise ou d’autres il y a quelques points à savoir :

  • aliexpress vire les vendeurs peu scrupuleux. Privilégiez des vendeurs assez anciens

  • les évaluations sont importantes, prenez les en compte

  • de plus en plus il y a possibilité de paypal

  • le sav de la plateforme chinoise est assez bon et performant, abusez-en

  • faites-attention à la période de protection d’achat qui vous couvre. Le vendeur n’est pas le créditeur direct, c’est la plateforme. C’est la confirmation de votre réception de colis, ou à défaut après la période de protection que le vendeur est payé

  • privilégiez le suivi d’envoi

  • pour un modèle précis, le moins cher peut venir d’un revendeur qui a acheté un lot « à défauts ». Souvent il ne le signalera pas (tâches de teintures, pointage de tailles, nœuds décalés, finitions)

  • pour les autres plateformes, méfiez-vous des vendeurs ne proposant pas paypal

  • pour les sites français ou le faisant croire, vérifiez les CGV (conditions générales de ventes), avec un numéro de SIRET, et les coordonnées d’un service de médiation. Tout doit être clair, précis

  • vérifiez la e-réputation par les avis émis sur la toile

  • il existe une différence entre conçu en France et Made in France (ou Fabriqué en France). La conception est le modèle pensé par le bureau d’études et de conception. C’est le prototype quoi ! La chaîne de production est ailleurs.

  • Il peut y avoir un produit sur toute un boutique fabriqué ou conçu en France pour qu’un vendeur se targue par un joli macaron de ce fait.

  • Vérifiez les délais de réception. Même moi je réussis en tant que particulier à tomber sur du dropshipping (le produit n’est pas en stock et des fois vient de loin et met longtemps à arriver). Les formules « traité en 48 heures », « expédié en 48 heures » et même maintenant la livraison en colissimo ne garantissent pas un produit sur le sol français.

Je le dis en toute honnêteté lors de la vente quand je n’ai pas le produit et donne l’estimation de réception. C’est la moindre des choses, et en tant que cliente je n’en attends pas moins. 80 % de la production de lingerie est chinoise. Elle peut être de qualité. Pour les enfants, les vêtements sergent major ont issus de Chine.

C’est une question d’éthique. Les boutiques avec 2000 références peuvent-elles tout avoir en stock, si elles-mêmes ne sont pas grossistes ?

Il existe donc plusieurs types de contrefaçon au sens de la loi française qui nous protègent, clients pour les boutiques françaises ou devant se conformer au droit français.

Il existe un autre canal de vente maintenant qui embrouille les pistes : entre particuliers et les lives (dont facebook). Vous n’êtes pas protégé de la même façon entre un professionnel et un client qu’entre particuliers. Il faut le savoir. Les contrefaçons y circulent aussi.

Pour lire mes CGV en exemple, c’est par ici, ainsi qu’une page qui peut être sympa de parcourir sur un site de vente, c’est le qui suis-je et les FAQ.

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *