Croyances limitantes

On a tous des croyances limitantes

J’en ai marre de me dire que je suis pauvre. j’en ai marre de me dire que c’est indécent d’avoir de l’argent. Que ça ne m’intéresse pas tant que ça. Ce n’est pas parce que j’ai refusé à 16 ans une proposition de mariage avec un comte libanais et donc une situation financière que je ne suis pas intéressée un minimum par l’argent.

Oui, mon passé et mon expérience de vie m’ont montré que l’argent ne fait pas le bonheur. Il ne fait pas tout, c’est comme tout, il faut avoir un équilibre dans toutes les sphères de sa vie pour pouvoir profiter de lui. Il apporte quand même une liberté financière, une liberté d’action, une liberté pour profiter de la vie. Mais il n’est pas toute la vie.

En ça, c’est une pensée qui m’est limitante et je travaille dessus. Et je vais vous montrer comment vous aussi vous pouvez travailler sur vos pensées limitantes.

Allez, on progresse ensemble ?

Moi la première

Moi aussi j’ai des croyances limitantes que je dois lutter. Par exemple j’ai beaucoup de mal avec des personnes qui ont fait de la prison. Alors que certaines c’est juste un problème lié par exemple au versement de la pension alimentaire ou de non-paiement de certains impôts. Dans le temps ça arrivait.

Et techniquement, une fois la peine purgée, et bien on n’a plus à y penser. Nous ne sommes pas juges. Dans le cadre du bénévolat, j’ai rencontré une jeune maman qui en était au stade du bracelet électronique et participait à la vie associative pour s’intégrer à nouveau dans la société. Se stabiliser. J’ai pu évoluer à l’époque et nuancer mes propos. Et au final ne pas avoir peur de ces anciens taulards. Car c’était ça en fait.

J’ai aussi des croyances limitantes par rapport à l’argent : je m’explique. Je viens d’un milieu où mon père a été très pauvre ouvrier dans l’enfance d’après guerre. Fils de cheminot, il a crevé la fin en naissant en 1945 et issu de famille nombreuse. il a monté les échelons est devenu cadre. nous avons bien vécu l’enfance au niveau financier globalement. nous partions en vacances, nous avions toujours à manger, mais… Mon papa aussi a fait des bêtises… Il a par exemple oublié de payer l’eau, l’électricité, et les impôts.

Avec l’informatisation des données, malgré nos déménagements successifs, nous avons eu des rattrapages. Par exemple nous nous sommes chauffés grâce à un groupe électrogène. Ca laisse des traces, mais pas des séquelles. Quelque part je trouve ça très drôle, quelque peu bohème.

L’argent n’est pas un moteur dans ma vie. Je me considère comme très chanceuse de vivre dans un pays moderne où l’accès à la santé, au supermarché, aux énergies, à l’eau potable sont à portées de la main. Juste un bouton à tourner et hop, l’eau coule, le lumière se fait. Je vis donc parmi les 10 % de la population mondiale les plus riches ne serait-ce que par ça. De quel droit pourrais-je prétendre à plus, sachant les difficultés de la plupart des gens sur cette planète ? Et ça c’est une croyance limitante. Je me bride en culpabilisant quelque part. Au lieu de me laisser le droit à plus. Et que du coup je pourrais aussi aider les gens plus largement par le don financier au lieu d’humain jusqu’alors.

En fait si je gagne mieux ma vie, je pourrais aider plus de gens que je ne le fais actuellement. Je me sens dépendante du système, surtout avec la covid alors que j’entamais une croissance exponentielle.

Mais je suis obstinée. Je sais que ma destinée est de bien vivre ma vie malgré tout. Alors que j’ai aidé du monde passé à s’épanouir, y compris dans leur situation professionnelle.

Pourquoi s’en défaire

En tout premier lieu c’est déjà d’identifier son blocage et de savoir ce qu’est une pensée limitante. Par exemple ce sont les jugements tout faits, les peurs, le fait de te dévaloriser à cause de complexes, de dévaloriser une situation, une personne ou des valeurs.

Le terreau d’une pensée limitante est en fait un manque de confiance. Ca peut être un manque de confiance en soi. Je suis le parfait exemple de la personne caméléon qui a des connaissances dans à peu près tout mais pas obligatoirement de façon poussée. Je suis à chaque fois étonnée quand quelqu’un me dit que j’ai de la culture générale par exemple. je considère que chacun a apporté aux autres même la personne la plus simple. Justement cette simplicité je ne l’ai pas. J’y travaille énormément.

Le but est de s’en libérer en évoluant, en se libérant de cette pensée, de cette croyance en en créant une nouvelle comme un mantra.

Et concrètement, on fait comment ?

Une croyance limitante on peut en avoir dans le domaine de l’argent, de l’amour, et à l’éducation, il y a la religion. on peut même se formater avec les fameux dictons prémâchés. Ici, une vingtaine est listée avec des phrases qui peuvent faire écho à votre éducation.

En créant un dicton à soi valorisant, en se le répétant, je vais me conditionner à cette nouvelle croyance en à peu près 3 semaines. Et oui, en quelques sorte, c’est une habitude comme une autre. Sauf que celle-là c’est une croyance !

Avec un petit peu de travail, et certaines techniques comme la PNL, je me libère de mes croyances limitantes. ça me permet de sortir de ma zone de confort par le travail.

Comme j’aime à dire à chaque problème sa ou ses solutions. Même dans le non choix, il y a un choix à faire :

  • celui d’agir 

  • celui de choisir du non-choix apparent (entre la peste et le choléra)

  • encore celui de constater comme un spectateur extérieur à sa propre vie  parce qu’on a subi.

 

Je fais ma sage, mais non, ne me surestimez pas. je suis bien immature.

Par exemple, je me suis débarrassé des il faut qu’on, je dois, désolé de .

Je préfère dire je vais faire, merci pour. Et ça change tout !

Ca me permet de positiver dans une relation ou une situation. Mais aussi de me projeter dans l’avenir proche ou lointain.

Et utiliser aussi une moodboard, que je créée mentalement.

Quand tu as l’argent, je me donne des dates butoir avec des objectifs financiers. Mais aussi, je m’imagine offrir à mes enfants des vacances plus régulières et le droit au bonheur grâce à l’argent dignement gagné. Et pas seulement grâce à des valeurs de générosité, d’empathie, et de partage.

Derniers conseils : Si vous avez des croyances limitantes dans le domaine sexuel ou amoureux, dites-vous bien que tout être vivant ressent.

Chacun a le droit à sa forme de sexualité, même dans la non sexualité. Je m’explique. Une personne peut délibérément choisir l’abstinence et la chasteté comme ligne directrice dans sa vie. Quelque part la sexualité c’est de la création. Cette personne choisira de créer autrement que par la sexualité.

La sexualité n’est pas seulement la procréation et créer un être humain, c’est aussi les échanges d’énergie sexuelle entre personnes ou de soi soi. Et c’est super beau !

Et vous, quelles croyances limitantes avez-vous ?

Suivez-moi et partagez
Pin Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.