dimanche détente, généralités

Gaslighting

gaslighting

Vous n’avez pas envie de vous sentir manipulé. Mais on est tous tour à tour un peu manipulateur ou manipulé. C’est une évidence que dans toute relation amoureuse, amicale, ou professionnelle, la manipulation existe. Et on ne parle même pas de relation commerciale dans la persuasion, le travail au corps, ou vous atteindre droit au coeur et au porte-monnaie !

Tout est question en fait de psychologie humaine. Nous interagissons avec des mots, mais aussi avec la gestuelle qui trahissent nos émotions.

Et dans tout ça il y a aussi une partie de la population qui est plus fragilisée. C’est souvent des gens empathiques, très à l’écoute envers d’autres personnes manipulatrices et que pratiquent-t-elle entre autres ? Et bien le gaslighting…

En quoi encore ça consiste ce truc là ? Et non je ne vais pas parler de gasoil pour se chauffer cet hiver. Sujet très à la mode en période de crise pré-électorale.

T’es folle ou quoi ?

« tu es folle ou quoi ? «

C’est une phrase que j’ai connu comme une vieille rengaine pendant deux décennies. Encore heureux que je ne l’ai jamais cru celle-ci. Il faut faire attention aux petites phrases qui piquent.

Mais aussi celles qui vous laissent dans le doute, qui vexent aussi. Vous savez la petite réponse qui dit « non mais je blaguais ». Et du coup on reste toujours dans l’inconnu du : «  il est sérieux, il n’est pas sérieux ? » qui plane au dessus de vos incertitudes. Mais quand l’autre, en face de vous fait régulièrement la même blague, c’est qu’il y a un fond de pensée d’une part, mais aussi un lavage de cerveau qui vient être entamé. Et là c’est bien le début du gaslighting.

En fait c’est celui qui le dit qui y est

La petite phrase du « c’est celui qui dit qui y est « est franchement bien valable dans ce cadre. Souvent le gaslighting participe, est un outil des relations toxiques.

Ces phrases vous touchent, perturbent et vous restez dans le flou total. Un véritable brouillard londonien. Elles permettent une emprise mais aussi de vous déstabiliser, de vous culpabiliser et à force vous affaiblir.

Elles font partie de la panoplie des techniques de manipulation, pour entre autres les fameux pervers narcissiques qui sont dans la mouvance des psys en ligne.

Elles font partie surtout des violences psychologiques tellement sous-estimées et si difficiles à prouver devant la justice. Elles font partie des violences en tant que telles et laissent de grandes cicatrices invisibles aux personnes qui les subissent au quotidien et souvent sur du long terme.

Le gaslighter agit en fait en miroir à ses propres lacunes, ses propres cicatrices et ses propres projections de son mal-être, de ses croyances limitantes, de son vide souvent abyssal.

Et vous vous restez souvent sidéré et trouvez de plus en plus de stratégies afin d’éviter ces petites phrases voir même les disputes qui peuvent en découler. Quand vous avez une explication en mettant les choses à plat qui lui prouvent que oui, les faits sont là, vous êtes manipulé. La réponse est toute faite : mais bien vous êtes fou/folle.

Et de fou il n’y a qu’un pas pour arriver à flou car c’est bien ça : on reste dans le flou le plus souvent possible et le plus longtemps possible. Il peut même arriver à terme d’être dépersonnalisé. Et croyez-moi le chemin est long pour se reconstruire et retrouver la personne que vous étiez alors que même on n’est plus cette personne actuellement mais que vous avez besoin de retrouver cette ancienne personne. Vous avez ensuite besoin d’y inclure toute l’expérience et tous vos chemins que vous avez parcouru jusque-là et d’en tirer du positif malgré tout.

Comment s’en sortir

Au départ le plus dur c’est d’en prendre conscience. De réaliser que non tu n’es pas folle et que oui tu as de la valeur. Que l’autre déverse ses propres peurs et vous manipule.

Il vous reste quoi ? Partir ? Rompre ? Et comment ?

Selon votre situation il peut être délicat voire dangereux de partir juste en claquant la porte c’est justement toute la subtilité du gaslighting. Pour faire sentir que vous serez perdu en partant… Que vous aurez tout perdu si vous partez. Il y a souvent des enfants dans la balance, des crédits dont bizarrement vous aurez toute la charge ensuite. C’est une prise de conscience essentielle des conséquences de votre départ. Pour vous préparer à la longue période suivante à vous reconstruire et à affronter toutes les charges qui reposent sur vous Pas pour culpabiliser, nuance !

Le mieux est d’avoir de moins en moins d’attachement, de s’éloigner à pas feutrés que les mots glissent, laisser à l’autre la décision de rompre. C’est ce qu’il y a de moins douloureux et donne l’impression au partenaire d’être toujours dans la maîtrise de la de la situation du couple. Je n’ai jamais dit que c’était facile. Ca peut durer longtemps. Pour moi ça a duré presque 5 ans.

En ligne, le plus simple et radical est de ghoster. Vous verrez, votre gaslighter saura vous retrouver et tenter une approche docile et charmante.

Derniers conseils : N’hésitez pas ensuite à vous faire suivre par un psychologue, ou de vous faire accompagner par une association du type CIDFF pour être conseiller au mieux, et être à l’abri en cas de grosses difficultés.

Par qui avez-vous subi du gaslighting ?

Suivez-moi et partagez
Pin Share

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.