dimanche détente, kamarel

L’art d’hydrater sa peau

De l’eau, de l’air, la vie. Rien de plus vrai.

Et oui, on est eau. A 60 % même. Et la peau qui nous fait la limite de notre corps avec notre environnement, c’est 30 % d’eau quand même qui la compose. Presque 1/3.

Ce serait donc une bonne idée d’y voir clair et savoir lui apporter cette eau non ?

 

 

Rester souple

Votre peau tiraille quand elle a soif ou n’est pas assez protégée. Ce n’est pas pour rien que les cosmétiques contiennent ce qu’on appelle une base aqueuse, donc avec des produits très riches en eau, et une base huileuse, donc grasse.

 

Le derme doit garder son eau pour ne pas craqueler. Elle deviendrait perméable à plus de germes et ne tiendrait plus ses engagements. Bref, la misère, engagez-vous qu’ils disaient !

 

La peau est l’organe le plus étendu du corps humain et nous enveloppe littéralement. Mais elle n’est pas seule. Elle est munie de plusieurs couches sur un tapis de gras qui la soude en quelque sorte.

Puis en profondeur elle possède des glandes qu’on dit annexes (elles ne font pas partie de la peau) :

  • sudoripares, pour aider à réguler la température à la baisse. Là oui à ce moment de l’eau part, mais pas l’eau contenue dans la peau en elle-même. Ces glandes se munissent d’un petit réservoir, un peu comme la vessie, il y a une poche. Elles sont plus nombreuses aux zones prévues pour, d’après vous ? Oui et non. Aux zones poilues (aisselles, pubis), il y en a un peu plus pour aussi faire passer des messages olfactifs avec les phéromones (notre humeur est aussi saisie par nos fines et subtiles narines). Mais on intellectualise, on se parfume et se lave. On veut ignorer le mammifère en nous. Aux plis, on n’en a pas plus, mais le pli fait qu’il y a plus de chaleur et le besoin de ne pas abîmer la peau. Faut que ça glisse quoi !

 

  • Sébacées, le doux sébum produit en excès et qui fait ce si merveilleux cartère en plein front. Et ces jolis points noirs qui s’incrustent comme un pique-assiette en inauguration pour piocher les meilleurs petits fours. Ah, mais, mais… Ce ne serait pas du coup ce qui aide à protéger la peau du dessèchement aride du désert après qu’on la décape au savonet en retenant l’eau ?

 

  • Les poils : installés avec son bulbe à côté d’une glande sudoripare, ils trônent souvent honteusement au menton de la dame fraîchement ménopausée que je suis. Les salauds ! Ils sont bruns en plus, et longs, et drus. Pfff. Trêve de plaisanterie, ils sont là aussi, pas uniquement pour nous em…quiquiner. Mais pour la régulation de notre température. Le phénomène de la chair de poule, que j’évoque dans mon article sur le thélotisme, oui les tétons qui pointent quand on a froid. Et bien rien que ça, ça fait augmenter de 0,5°C la température du corps, car des petits musclent jouent les maracas pour nous revigorer.

 

 

Multifonction

L’épiderme, le derme et l’endoderme sont les 3 couches de la peau. Elles sont plusieurs rôles comme j’ai commencé à expliquer sur l’article pour vous aider à prendre soin d’elle comme en institut.

Mais, je n’avais pas tout dit.

La peau respire. Ah bon ! Le phénomène est la perspiration. On prend de l’oxygène, et on rejette du CO2, comme la respiration, avec un peu d’eau. Ca se rapproche presque de la sueur en fait. On respire par la peau, de mémoire pour 2 % en tout.

C’était une torture lente et mortelle en Asie féodale de recouvrir le corps entier de feuilles d’or, de le boucher pour que la peau étouffe. Une mort lente et douloureuse parait-il.

La barrière chimique contre les vilains microbes en ayant une peau légèrement acide avec la sudation, l’urée, le sel. Sur laquelle une partie de notre univers vit. Notre flore interne recouvre beaucoup de nos muqueuses. Mais le microbiote est aussi sur la peau. Ces bactéries mangent un peu de notre sueur et excès de gras, pour produire des antibiotiques naturels. Donc, se laver oui, se décaper non ! Comme je l’explique dans mon article sur la toilette partielle.

Elle est aussi souple, élastique et contient nos tissus comme le sang. Ca en fait du travail pour si peu d’épaisseur et de soin qu’on lui apporte. C’est pour ça que je l’aide autant que je peux. Pour ma santé, pour aussi ne pas avoir l’air d’une vieille peau ! L’âge c’est dans la tête, mais aussi dans l’apparence. Et la peau y contribue.

De l’intérieur et à l’extérieur

Prendre soin de sa peau part depuis l’intérieur. Non petit Freddie, on ne prend pas tes griffes pour entailler les chairs. Édouard, stop, non plus avec les ciseaux !

On en prend soin par la façon dont on respire, la qualité de l’air qu’on prend. Des inspirations profondes. Et par l’eau qu’on boit. Et oui, le soda, le café en excès, et que dire de l’alcool qui apporte à la sueur cette odeur suave de vinasse vinaigrée. On doit équilibrer ce qui sort avec ce qui rentre, soit en tout 2,8l en comptant l’alimentation.

Et donc aussi la nourriture : un peu de gras pour que le corps ait son stock et ne se « mange »pas. Oui dit comme ça c’est moins glamour. Si possible avec des oligo-éléments poly-insaturés. On vous a bassiné avec les bonnes huiles, j’en remets une couche. Un peu, j’ai dit (dit celle qui aime le chocolat sous toutes ses formes).

Et un apport pour la peau en anti-oxydants contenus dans…. Mystère. Bah voui ma brave dame, les légumes, les fruits. La variété de ce qu’on mange aide à la variété des missions pas impossibles pour la peau.

Et en externe, on se lave, selon le type de peau avec des produits doux, pas besoin de produits qui coûtent une blinde. Il a été étudié par 60 millions de consommateurs que plus on fout la paix à notre peau pour la quantité de cosmétiques, mieux elle se portait pour son vieillissement. Même un rinçage à l’eau du robinet peut inciter à mettre de la crème, un gel ou une huile sèche.

Personnellement j’utilise du liniment oléo-calcaire fait maison. J’ai ma part huileuse avec de l’huile d’olive et une part aqueuse avec de l’eau de chaux. Idéal pour le popotin des bambins, je m’en barbouille même pour me démaquiller, sans boucher mes pores ni créer des points noirs.

Dans mon bonus « Mes recettes au naturel » qui va avec mon coaching image de soi, j’incite quelque part mes coachés (et je les remercie de m’avoir fait confiance) à devenir acteurs d’eux-même, leur corps aussi ! Et comprendre comment il fonctionne.

Pour savoir si vous être déshydraté depuis l’intérieur, pincez votre peau. Si elle reste plissée, vous ne buvez pas assez. Il y a urgence.

Dans l’intimité, vos sécrétions favorisent la bonne hydratation de vos muqueuses. La salive ne suffit pas. C’est aussi pour ça que les lubrifiants sont à base d’eau et qu’ils sont absorbés rapidement par l’organisme. Une sorte de phénomène d’osmose.

Pour shopper une huile de massage ou un lubrifiant, c’est ici.

Suivez-moi et partagez
Pin Share

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.