photothérapie

post-production photo

Ce qui me gêne chez certains photographes

Vous est-il déjà arrivé de marquer un temps d’arrêt en regardant la photo de par exemple Jennifer Lopez ou Beyonce en vous disant quelle a bien changé et que vous avez eu du mal à la reconnaître ?

Moi ça m’est déjà arrivé… Je crois que c’était une pub pour son parfum.

Actuellement Sylvie Vartan retouche tellement ses photos on dirait une drag-queen qui pose à sa place. Apparemment il lui est difficile de vieillir.

C’est chouette de vouloir être magnifique sur les photos. Encore faut-il que la photo nous ressemble. Sinon, bonjour le malaise pour la personne qui la regarde et qui vous compare à elle. Cette personne n’osera jamais vous dire que vous avez poussé le bouchon un peu trop loin Maurice… Ou bien le photographe qui a retouché les tirages.

Le truc pervers en ce moment c’est bien les filtres sur les réseaux sociaux pour notre jeunesse. et les psys le disent en masse : il y a des effets néfastes à en abuser. C’est comme les frites : à en manger matin, midi et soir, le corps n’apprécie pas. Ici, c’est le mental qui n’apprécie pas ce que le corps reflète entre la réalité et les filtres. Privilégiez plutôt la lumière, l’ambiance….

Comment rectifier le tir ?

J’ai eu du mal à la reconnaître

L’autre fois une copine a diffusé les photos de son dernier shooting. Et bien pour tout avouer… Bien que j’ai trouvé la photo belle, je ne l’ai pas reconnu dessus. La volonté de la photographe n’était même pas d’en faire une œuvre picturale. Mais les filtres utilisés pour gommer les défauts, on transforme son modèle en une personne qui n’existe pas dans la réalité.

Soit c’est moi qui ai un souci, en trouvant les rides, les tâches, et les petits défauts comme les cicatrices beaux. Soit c’est la société qui l’ait. C’est comme si on voulait effacer ma cellulite, mes rides, mes tâches, voire mes dents de vampire… On enlèverait tout ce qui fait la singularité d’une personne.

Le truc pervers

C’est comme les filtres et les pauses pour cacher son ventre et ses bourrelets pour que les cuisses ne se touchent pas. Ça c’est surtout sur les fameux réseaux sociaux et ce monde lisse des influenceurs, souvent dopés aux soins cosmétiques et chirurgicaux.

On veut montrer un idéal le temps d’une photo puis on relâche son bide, les cuisses. On se cambre le dos, car la position d’étirement à outrance est juste intenable.

Et c’est super pernicieux. Et voici pourquoi :

  • L’estime de soi est rétablie artificiellement via un miroir tronqué. C‘est comme si en tant que belle-mère de Blanche-Neige, le miroir appliquait un filtre pour lui mentir le temps qu’elle se regarde et qu’elle pose la question de qui est la plus belle.

  • Une fois simplement dans le miroir démaquillée et dans le plus simple appareil, la personne se trouve hideuse, bonne à jeter. Alors que pas du tout !

Esthétique versus réaliste

Voilà tout l’équilibre précaire du funambule qu’il faut trouver en photo comme dans tout art. L’équilibre entre l’esthétique d’une part et la dure ou douce réalité d’autre part. Dure ou douce, question de point de vue : le votre. A vous de choisir de vous trouver beau depuis l’intérieur avec les notions de personnalité et de charme, voire de charisme.

Techniquement un homme comme Gainsbourg n’est pas beau, mais ce qu’il dégage relève de la beauté, du charisme, et du personnage.

En photothérapie, je me dois de magnifier mon modèle en révélant la beauté de ses cicatrices, de sa cellulite, des zones du corps qui le complexent. Alors qu’en peinture, c’est justement ces zones qui sont le plus apprécié par les peintres : importance de l’ombre et de la lumière, les textures, et finalement raconter une histoire via l’image. Toutes ces zones racontent une histoire : le passé du modèle.

Gommer ce qu’on considère comme imperfection, c’est gommer le passé. Ce serait l’équivalent de passer un filtre sur ses souvenirs. Bref avoir Alzheimer ou un syndrome post-traumatique.

Derniers conseils : Si vous faites votre propre selfie, j’ai rédigé un article pour créer son propre Studio. il contient aussi quelques conseils de postproduction avec des applications.

N’oubliez pas le plus important c’est de vous aimer vous. vous n’êtes en concurrence avec personne à part vous-même. Une photo est un moment figé dans le temps mais n’est qu’une trace fugace d’un moment dans votre vie.

Ce moment doit vous refléter, vous ressembler, finalement vous rassembler, non ?

Suivez-moi et partagez
Pin Share

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.