Procrastiner a du bon

Pourquoi ne pas culpabiliser à glander

Glander, profiter, buller : ce sont des verbes très actifs pour une activité qui ne l’est pas. La procrastination, dont on en vante le mérite par une journée mondiale le 25 mars.

D’où vient ce mot bien savant ? C’est l’art de remettre à demain ce qu’on pourrait faire le jour même. Et Chiche qu’aujourd’hui je lève un peu les pouces et me contente que de l’essentiel ?

Procrastiner veut dire qu’on met en avant demain. Ok ! Et donc ? Si pour une personne qui travaille régulièrement, le fait de reporter à demain pouvait lui faire du bien dans une société où toute la journée doit être remplie de salariat, des transports, des courses, des rendez-vous à prendre, de faire le taxi pour les enfants, du sport car c’est important et bon pour la santé, le ménage. Et, et, et…. Quelle est la place pour l’imprévu, la rêverie, le hasard ?

La procrastination est seulement problématique en fait pour…. Les personnes qui ne réussissent pas à tenir l’important. Est-ce vous ? Est-ce moi ?

Et si ce petit jour de glandouille, on ne le mériterait pas un peu ? On voit ce que ça peut nous apporter. Continuer la lecture “Procrastiner a du bon”